Webcup 2021 – Host Madagascar raconte leur ruée vers le triomphe

Pour la troisième fois, après 2014 et 2016, Madagascar a remporté la victoire lors de la Webcup 2021. Il s’agit d’un concours annuel de développement web pendant 24 heures. La finale a eu lieu les 4 et 5 septembre via Zoom. Leur objectif était de créer la première plateforme de réservation de voyages en téléportation vers différentes destinations extra-terrestre habitables.

Composée de Bako Harry Rakotondratompo, Sandrine Ramaroson et Miki Ramaroson, c’est la team Host Madagascar qui a porté haut les couleurs du drapeau malgache.

Il est à noter que le beau trio trio de HOST Madagascar ne s’est formé que cette année 2021 même.

Comment expliquez-vous ce défi relevé ?

Sandrine Ramaroson : Le chemin n’était pas évident, on a failli perdre courage plusieurs fois mais la persévérance a été notre ami. Le triomphe n’est pas arrivé par hasard non plus, sans mentir, nous pouvons dire que nous avons travaillé dur pour que la route vers la triomphe a pris 5 longues années.

Racontez-nous ces 5 belles années de préparation !

Bako Harry Rakotondratompo : En 2016, nous avons participé pour la première fois à la Webcup. Nous étions dans des équipes différentes (Harry Team-Sandie Excelsior). Son équipe à elle était en deuxième place lors de la manche locale, tandis que mon équipe à moi a eu  des réponses négatives de la part des jurys : « Pourquoi avez-vous participé alors que vous n’avez le niveau, votre site web a l’air d’un site web des années 80, je vois Packman à travers vos réalisations ! » et des découragements comme « Vous n’allez pas briller messieurs, il faut travailler fort le côté design et fonctionnalité ». Après, moi et Sandie, on s’est côtoyé après la Webcup et puis on a travaillé ensemble au sein de Vanilla Pay afin d’améliorer le secteur de paiement en ligne à Madagascar. Quelques années plus tard, on a créé une entreprise: Business to Developpement, qui œuvre dans la digitalisation des appels d’offres. Notre part de contribution à la digitalisation de Madagascar nous a fait monter en compétence. Cela nous a permis de cerner le sujet lors de la manche locale et de la manche régionale. Et même temps, nous avons traîné et entraîné Miki pour nous rejoindre.

Webcup 2021 était surtout un défi alors ?

Pour rappel, deux épreuves inattendues ont accueilli tous les participants le week-end du concours. Après avoir réussi ceux-ci, notre équipe a dû faire face à la coupure de l’électricité lors de la finalisation de leur site, alors que tous leurs ordinateurs avaient  besoin d’être alimentés.

Sandrine Ramaroson : Pour Harry, il a défié le jury qui l’avait vexé en 2016. Pour moi c’était un défi de pouvoir faire mieux car si mon équipe pouvait être en deuxième place (en 2016), pourquoi pas en première. Ensuite pour Miki c’était un défi d’être parmi les meilleurs dès lors sa première participation. On a toujours été un trio soudé et on s’est dit qu’on pouvait tout faire. Au point où pour la webcup, nous avons utilisé des technologies avec lesquelles aucun de nous n’avons l’habitude de travailler.

Des messages pour les jeunes qui voulaient devenir développeurs web ou qui veulent entreprendre tout simplement dans le numérique ?

Sandrine Ramaroson : « Le développement web est un grand marché ici à Madagascar comme à l’international. Il n’est pas vraiment difficile de trouver un métier. Il y a aussi déjà beaucoup de groupes ou communautés de développeurs qui permettent de se partager des connaissances mais surtout de demander de l’aide si on en a besoin. Alors, être développeur web à Madagascar c’est plutôt pas mal », a répondu.

Bako Harry Rakotondrantompo : « Rien n’est facile et tout est possible dans le numérique. Choisissez une bonne école, faites-vous encadrer par des pros (en stage, dans les meet-up,…), passez les certifications et gravissez les échelons. »

Latest articles

Related articles