UberPool, plus qu’une histoire de covoiturage

0
13

Partager la même voiture avec un inconnu pour entamer un quelconque voyage n’est peut-être pas l’idée du siècle, étant donné qu’il a toujours existé. Mais, via une application mobile   pour réduire le coût est vraisemblablement l’avancée qui a fait qu’Uber est devenu la première grande société de covoiturage du moment.

Tout commence, en effet, en 2009, lorsque que le programmeur informatique américain Garrett Camp et ses amis, dépensent quelques centaines de dollars pour engager un chauffeur privé. En négociant le coût, il comprit que partager les coûts était plus abordable que de le faire seul. Il fonde alors « UberCab » dans le but de faciliter voire de réduire le prix des voitures privées. Travis Kalanick trouve l’idée révolutionnaire et rejoint l’équipe.  En réalité, les deux jeunes hommes avaient déjà leur train de vie avant d’entamer cette aventure « Uber ». Garrett Camp avait cofondé le StumpleUpon quant à Travis Kalanick, il était startuper avec Red Swoosh qu’il a vendu avant la genèse d’Uber deux ans auparavant. Les choses se poursuivent et la version beta d’UberCab vit le jour en 2010. Un an après, les services d’Uber et son application mobile jaillissent sur le marché après un lancement fait à San Francisco.

Grande influence économique

L’idée première de l’application Uber était d’appeler « les voitures de luxes », mais l’équipe a réorienté ses cibles tout en changeant le nom en Uber. Car les opérateurs de taxis jaunes voyaient leur marché se faire envahir par la société. En 2012, le service est facilité par son application où les abonnés n’avaient juste besoin que de solliciter un chauffeur ou un taxi via leur mobile. La proximité entre ses clients et Uber se fortifie, il lance alors UberX, pour les utilisateurs ayant besoin de conduire des véhicules ordinaires avec toutes les normes exigées.  Une trentaine de ville jouissent du service, mais le coût ne faisait pas la différence entre les autres opérateurs de taxi. Le prix était baissé et où les utilisateurs pouvaient même conduire leurs propres voitures. En 2014, UberPool arrive avec le système du covoiturage. Il a tellement été sollicité que le service a dépassé les frontières de San Francisco et va dans quelques états américains ; New York, Washington, Boston, Delaware, Nashville. Par après, la France, la Chine, l’Angleterre, le Singapour, le Canada, l’inde ou encore l’Australie.

Des gains et des pertes

Les choses marchaient plutôt bien, Uber lance Uber Eats pour des livraisons de nourriture en 2014. Mais, la concurrence chinoise est rude, Uber vend ses activités à DiDi avec un échange de 18%. Ce dernier investit 1milliards de dollars dans Uber Global.  En 2017, Uber devient le membre d’or de la Linux Fondation avec à sa tête Dara Khosrowshahi, le PDG d’Expédia. L’année dernière, la Russie, el’ Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie et le Kazakhstan rejoignent la grande famille d’Uber. Malgré les investissements de 225 millions de dollars, Uber a enregistré une perte conséquente de 5, 2 milliards de dollars cette année.

L’uberisation va-t-elle réussir sa course dans la révolution de la notion de transport ?, l’avenir nous le dira.   https://www.usine-digitale.fr/article/tribune-uber-sera-t-elle-la-premiere-super-app-du-monde-occidental.N901629